John Duncan

John Duncan est né aux États-Unis ; il vit et travaille présentement à Bologne. Duncan dit de son travail qu’il est un catalyseur, qu’il suscite une transmission d’énergie par laquelle il incite le public à participer activement à un processus d’investigation et de découverte de soi. Sa longue carrière, riche en intensités électroacoustiques et en performances agressives lors d’événements artistiques, est le fruit d’explorations rigoureuses de thèmes ésotériques, métaphysiques et parfois transgressifs. Duncan est un artiste rare qui est complètement immergé dans une recherche existentielle. – Jim Haynes, The Wire (R.-U.)

Ses œuvres audio – entre autres, THE CRACKLING (1996, avec Max Springer), PALACE of MIND (2001, avec Giuliana Stefani), FRESH (2002, avec Zeitkratzer), THE KEENING TOWERS (2003), PHANTOM BROADCAST (2004), NINE SUGGESTIONS (2005, avec Mika Vainio et Ilpo Väisänen), THE NAZCA TRANSMISSIONS (2009) – sont toutes considérées comme des références dans le domaine du son expérimental et de la musique contemporaine, autant par la critique que par les autres compositeurs.

Les événements et les installations de Duncan ont été présentés à Färgfabriken, Fylkingen et à la galerie Niklas Belenius à Stockholm, le NoorlandsOperan à Ume テ ·, Fondazione Antonio Ratti à Como, Palazzo Appiani for PX2 in Piombino, le IPCA Ecomuseum for Eco e Narciso dans la province de Turin, Teatro Piccolo Jovinelli à Rome, The Atlantic Waves festival à London, MUTEK à Montréal, The Compound à San Francisco, le Watari Museum of Art à Tokyo. Ses performances ont été présentées au  Getty Center, The Box et le  Museum of Contemporary Art (MOCA), Los Angeles; le Osterreichisches Museum für Angewandte Kunst (MAK), Vienne; Museu d’Arte Contemporani, Barcelone (MACBA); and le Musée de Tokyo (MOT)

www.johnduncan.org